Qui était Johannes Greber?

Accueil
Multimédia
Livres
Contact
English home
Liens

Pendant un certain nombre d’années, la littérature publiée par la Watchtower Bible and Tract Society citait la traduction de la Bible de Johannes Greber, un prêtre catholique allemand, et ceci afin d' appuyer la façon dont sont traduits des versets des Écritures dans luer propre traduction de la bible des Témoins de Jéhovah appelée, « Traduction du monde nouveau ». Sa traduction était surtout habituellement utilisée pour conforter la traduction de la Watchtower de Jean 1 : 1, « et la Parole était un dieu. »

 

Par exemple, dans le livre « The Word – Who is He? – According to John », publié en 1962, ils disent à la page 5 :

 

«La traduction, par un ex-prêtre catholique, du verset de Jean 1.1  «  Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était un dieu » (1*) conforte notre traduction ».

 

Le premier ouvrage de référence majeur de la Watchtower, «Aid to Bible Understanding», publié en 1971, utilise la traduction de Greber comme référence à Jean 1 : 1 dans leur propre « Traduction du monde nouveau ».

 

«Une traduction, de l’ex-prêtre catholique Johannes Greber (éd. 1937), rend la deuxième citation  du mot «dieu» dans la phrase, ainsi : «un dieu» ». (2*)

 

«Aid to Bible Understanding» utilise aussi la traduction de Greber comme référence pour la traduction, par la Watchtower, de Matthieu 27 : 52, qui est écrite pour éliminer la référence à la résurrection des morts qui est survenue au moment de la mort de Jésus :

 

«La traduction de Johannes Greber (1937) de ces versets se lit comme suit : « Et les tombeaux s’ouvrirent, et plusieurs corps de ceux qui étaient ensevelis furent ressuscités. Dans cette attitude ils sortirent des tombeaux, et ont été vus par plusieurs qui passaient en ce lieu, sur le chemin de retour vers la cité. » » (3*)

 

Les références à la traduction de Greber apparaissent plusieurs fois dans la Tour de Garde, jusqu’en 1976, après quoi ils ont cessé de l’utiliser comme source de référence, pour la répudier, finalement, en 1984.

 

Alors, qui est Johannes Greber?

 

En Allemagne, dans les années 1920, Johannes Greber était prêtre catholique. En 1923, il fut invité par un de ses paroissiens à une rencontre de prière. Greber raconte ce qu’il y a découvert :

 

«À peine la prière était-elle terminée qu'un garçon est tombé en avant, s’effondrant avec une expiration si soudaine que cela me fit sursauter… Après quelques secondes, le haut de son corps a été projeté à la verticale dans une série de sursauts, comme s’il était tenu par une main invisible, puis il est demeuré assis avec ses yeux fermés ».

 

Le garçon que Greber décrit était un médium et la réunion était une séance spirite. L’esprit, parlant à travers le garçon, répondait à plusieurs questions de Greber, incluant une interrogation à savoir pourquoi le christianisme n’exerçait plus une influence sur les gens à son époque :

 

«Les enseignements du Christ ne se trouvent désormais plus dans leur pureté originale et leur clarté dans ces documents qui sont parvenus jusqu’à vous. Dans ce qui est appelé le Nouveau Testament, de nombreux paragraphes, certainement des chapitres entiers, ont été omis. Ce que vous avez maintenant, ce sont des copies mutilées… Même la dernière lettre de l’apôtre Paul, adressée à toutes les communautés chrétiennes a été détruites. Dans celle-ci, il expliquait minutieusement ces passages dans ses premiers écrits qui ont donné lieu à de l’incompréhension. Mais ses explications n’étaient pas en accord avec de nombreuses doctrines erronées qui se sont ultérieurement glissées dans la foi chrétienne ».

 

L’esprit qui parlait à travers le garçon s’est plus tard identifié, précisant aussi la nature de sa mission :

 

« Vous avez raison de me demander qui je suis, parce qu’il est de votre premier devoir de tester les esprits qui vous parlent et de vous assurez, vous-mêmes, qu’ils sont envoyés de Dieu… Je vous jure devant Dieu que je suis un de Ses bons esprits, certainement un de Ses esprits les plus élevés, mais gardez mon nom pour vous… Depuis le création du premier homme jusqu’à présent, le monde des esprits a communiqué avec l’humanité. Ceci est vrai autant des esprits bienveillants que des mauvais… Le monde des esprits, qui est séparé de vous matériellement, a différentes façons de communiquer avec vous par des moyens perceptibles à vos sens… Quand la Bible dit : ‘Dieu parlait’, ce n’était pas Dieu lui-même qui parlait, parce que, c’est une règle, Dieu parle seulement par l’entremise de ses esprits-messagers ».

 

L’esprit invite alors Greber à se renseigner plus avant sur ce monde de communication spirite. Greber répond à cette invitation :

 

«  Ce qui m’a captivé par-dessus tout, et je pourrais dire, irrésistiblement, c’était cette logique convaincante et ce raisonnement tranchant de ce que je venais d’écouter pour la première fois de ma vie. Seule la vérité pouvait exercer une si grande influence sur moi, une influence de laquelle je n’avais pas le pouvoir de me retirer, même si j’y aurais été enclin… À la fin, je décidais de suivre les instructions que j’avais reçues [de l’esprit] même, si pourtant, ça signifiait le plus grand sacrifice personnel de ma part, la perte de mon poste et par conséquent de soutien ».

 

Greber cherchât confirmation de la validité de l’expérience de cette séance en visitant d’autres séances et d’autres médiums, où il entendit plusieurs de ces mêmes « vérités » proclamées. Plus tard, il renonça à son statut de prêtre catholique et écrivit un livre en 1932 intitulé «  Communication with the Spirit World of God – Its Laws and Purpose », qui expose son incursion dans le spiritisme; il décrit les vérités et principes de sa nouvelle compréhension du christianisme, révélés à lui, à travers ses communications avec les esprits. Il a aussi écrit une traduction du Nouveau Testament en 1933, aidé en cela par ses communications avec le monde des esprits. C’était cet ouvrage que la Société Watchtower utilisait pour appuyer sa propre traduction de divers versets dans sa Traduction du monde nouveau.

 

Est-ce que la Watchtower savait qui était Johannes Greber?

 

Une explication plausible de l’utilisation, par la Société Watchtower, de la traduction de Johannes Greber est son ignorance à propos des sources et des croyances de Greber. Cependant, il est clair, à partir de leur propre littérature, qu’ils étaient au courant qu’il était un spirite : " Communication with the Spirit World – Its Laws and Its Purpose. « … Conformément à son origine catholique romaine la traduction de Greber est ornée d’une croix dorée sur la page couverture. Dans l’avant-propos de son ouvrage précédemment mentionné, l’ex-prêtre Greber dit : «  Le livre le plus spiritualiste le plus important est la Bible ». Sous cette impression Greber s’efforce de faire en sorte que sa traduction du Nouveau Testament soit d’une lecture très spiritualiste … La traduction de Greber de ces versets [ 1 Jean 4 : 1-3 ] se lit ainsi :

 

 «  Mes chers amis, ne croyez pas tout esprit, mais testez les esprits, pour apprendre s’ils viennent de Dieu. Parce que plusieurs faux esprits ont émergé de l’abîme… et parlent par l’entremise de médiums humains… » Très manifestement les esprits dans lesquels l’ex-prêtre Greber croyait l’ont aidé dans sa traduction ». (Watchtower 2/15/56 p. 111, éd. angl.)

 

Notez que cet article a paru six ans avant la première référence à Greber dans la Tour de Garde, et qu’à ce moment là, la Société était bien au fait de l’existence de son livre, autant que de la nature de laquelle provenait  sa traduction du Nouveau Testament. En dépit de cela, ils continuèrent à utiliser Greber comme référence pendant presque encore vingt ans, lui donnant une place importante dans leur ouvrage majeur de référence : « Aid to Bible Understanding ». Une autre possibilité, pour ce qui est de l’utilisation de la traduction de Greber par la Société Watchtower est, peut être, que la Société posait un regard insouciant sur le spiritisme. Ce qui n’est pas non plus le cas. La Société Watchtower condamne énergiquement n’importe quel type de spiritisme comme moyen de communication avec les démons. Par exemple, dans leur ouvrage de référence «Insight on the Scriptures», ils disent :

 

«  Par conséquent, il s’ensuit que logiquement toutes communications qui se réclament… [des esprits] …dois être d’une source mauvaise se trouvant en opposition avec Jéhovah Dieu. La Bible indique clairement que les esprits mauvais, des démons, sont cette source mauvaise. »

 

La Société a finalement cessé de citer Greber comme référence en 1983, lorsque la rubrique suivante de «Questions des lecteurs» parut dans la Tour de Garde :

 

«  Pourquoi, ces dernières années, «La Tour de Garde» n’a-t-elle plus utilisé la traduction de Johannes Greber, un ancien prêtre catholique » ?

 

« (…) Ce traducteur comptait sur le «monde des esprits de Dieu» pour l’éclairer sur la façon dont il devait traduire certains textes difficiles. Nous lisons en effet : «  Sa femme, médium du monde des esprits de Dieu, servit souvent d’instrument pour transmettre, à son mari, le pasteur Greber, les réponses exactes provenant des messagers de Dieu ».  La Tour de Garde estime donc qu’il ne convient pas d’utiliser une version si étroitement liée au spiritisme (Deutéronome 18 : 10-2 ».

 (La Tour de Garde premier juillet 1983, p.31)

 

Est-ce que les enseignements de la Société Watchtower ont quoi que ce soit en commun avec ceux de Johannes Greber?

 

Après sa rencontre avec les «bons esprits», par l’entremise des médiums et des séances, Greber prend des dispositions pour apprendre d’eux les principes du monde des esprits. Dans de nombreux secteurs, il a aussi cherché à mieux comprendre où, selon les esprits, le christianisme est devenu corrompu à travers le temps. Dans son livre, «Communication with the Spirit World», il dit :

 

«  Les enseignements relatifs aux lois gouvernant la «communication-spirite», que j’ai reçus…, versent tellement de lumière sur des événements racontés dans la Bible que, jusqu’à ce jour que je m'explique maintenant pourquoi je n’avais pas été capable de les comprendre… Toutefois, les grands problèmes religieux étaient ce qui m’intéressait par-dessus tout… J’[étais], en premier lieu, intéressé à découvrir si toutes les doctrines religieuses auxquelles j’avais cru, et enseignées jusque-là étaient vraies ou, si parmi les principes de mon église, il y en avait quelques-uns différant de la vérité… D’avance, je n’aurais pas pu à peine prévoir que de telles divergences se seraient révélées être si nombreuses, et aussi vastes, telles que je les ai ultérieurement découvertes… C’était du monde des esprits que j’espérais apprendre la vérité concernant les plus importantes questions de la vie ».

 

«Une fois que nous accordons la possibilité à l’homme d’être initié dans la pleine vérité, par la communication avec les bons esprits de Dieu, les fondations des églises commencent à chanceler… l’homme n’aura désormais plus à dépendre du clergé dans sa quête pour la vérité, mais par l’entremise de ses communications avec le monde des esprits de Dieu, il apprendra de la voie directe, à la source de la vérité… »

 

Ensuite, Greber énumère ses révélations du monde des esprits sur les questions majeures du christianisme : Dieu, Christ, la rédemption, le ciel et l’enfer et de nombreuses autres.

 

Lorsque les doctrines de Greber, reçues par le canal de communication spirite, sont comparées avec celles de la Société Watchtower, la similitude est instantanément frappante et troublante. Plus loin, se trouve une trouve une liste de comparaisons entre ses doctrines et ceux des Témoins de Jéhovah. Il est important de garder à l’esprit plusieurs choses en lisant ces comparaisons. Premièrement, celles-ci ne sont pas les croyances et opinions de Greber, mais bien, et c’est important,  celles des esprits avec qui Greber a communiqué.La Société dépeint fidèlement les condamnations de la Bible sur de telles communications avec les esprits comme moyen de contact avec les démons. Deuxièmement, gardez à l’esprit que Greber était à l’origine un prêtre catholique romain, par conséquent il avait des croyances en harmonie avec celles enseignées par la plupart des grandes dénominations traditionnelles de la chrétienté – croyances que la Société Watchtower condamne parce que provenant de Satan. Il vaut la peine de considérer pour quelles raisons les démons avec lesquels Greber communiquait, voulaient l’éclairer par l’enseignement de doctrines que «l’esclave fidèle et avisé», de la Société Watchtower distribue maintenant comme étant de la «nourriture en temps voulu», c’est à dire, des vérités bibliques enseignées par les leaders oints de la Société. 

 

Dans l’énumération suivante, les doctrines de Greber sont précédées par les lettres JG et les enseignements de la Watchtower par WT. Les citations de Greber sont toutes tirées du livre «Communication With the Spirit World : Its Laws and Its Purpose», sauf indication contraire.

 

Doctrines à propos de Dieu.

 

Dieu a un corps.

 

JG : « Les formes matérielles sont des images des formes spirituelles, et ainsi que les choses matérielles ont une forme et un contour alors, de même, les choses spirituelles en ont et, de ce fait, aussi, Dieu… Alors, attendu que, Dieu a une forme, Il peut être vu par les autres esprits. » (p.260-1)

 

WT : « Les corps des êtres spirituels (Dieu, Christ, les anges) sont glorieux. » (4*)

 

Dieu n’est pas omniprésent.

 

JG : « Attendu que Dieu possède une forme et une personnalité, Il n’est pas omniprésent… comme esprit personnifié Il n’est pas partout. » (261)

 

WT : « Le vrai Dieu n’est pas omniprésent, de qui il est dit qu’il se trouve en un endroit. » (5*)

 

Dieu n’est pas omniscient.

 

JG : « Vous avez amplement de preuves que je suis un esprit de vérité… Quand je vous dis que Dieu n’a pas de connaissances anticipées des actes volontaires de l’homme, je ne suis pas en train de diminuer Sa grandeur. … Une telle connaissance anticipée infaillible n’est possédée par aucun esprit, même pas par Dieu Lui-même. » (p. 263, 265)

 

WT : « De même, Jéhovah peut connaître les événements à l’avance, mais la Bible démontre qu’il fait un usage sélectif et discrétionnaire de cette faculté, (…). » (Comment raisonner à partir des Écritures (1986, 1989), p. 102)

 

Les doctrines à propos de Christ.

 

Christ est la première et la plus élevée des créations de Dieu.

 

JG : « Christ est le plus élevé des esprits créés par Dieu et le seul qu’il a créé directement. (…) Christ Lui-même n’était pas Dieu, mais seulement le premier des fils de Dieu. (…) Christ est l’esprit le plus élevé que le Dieu omnipotent pouvait créer. Christ (…) est le premier «fils de Dieu» créé, et en tant que tel, Sa plus élevée et parfaite Créature. » (p. 301, 267)

 

WT : « Donc les Écritures identifient la Parole (Jésus dans son existence pré-humaine) comme la première création de Dieu, son Fils premier-né. » (6*) » Cela signifie qu’il fut créé avant tous les autres fils spirituels de Dieu et qu’il est le seul fils créé directement par Dieu. » (Vous pouvez vivre éternellement sur une terre qui deviendra un paradis (1989), p 58)

 

JG : « Christ était par conséquent le Fils de Dieu, et ne déclara être rien de plus. Il n’était pas la Divinité. Pas une seule fois a-t-il dit : « Je suis Dieu ».» (p. 330)

 

WT : « Jésus a-t-il dit qu’il était Dieu? Non, jamais. La Bible l’appelle plutôt le »Fils de Dieu». » (Vous pouvez vivre éternellement sur une terre qui deviendra un paradis (1989), p. 39)

 

Christ est l’agent de Dieu pour la création, pas le Créateur.

 

JG : «Conserver pour le premier Fils de Dieu créé, le monde des esprits tout entier n’est pas venu à l’existence par une création divine directe… mais a été appelé à l’existence par l’entremise du Fils à qui Dieu avait accordé un pouvoir créateur. » (p. 267-8)

 

WT : « La contribution du Fils dans les travaux de création n’a pas fait de lui un co-créateur avec son Père. Le pouvoir de création venait de Dieu par l'intermédiaire de son esprit saint…» (7*)

 

Écritures qui montrent que Christ n’est pas Dieu.

 

JG : « Vous voyez à quel point c’est illogique pour votre [celle de Greber] ancienne religion de baser ses affirmations de la divinité du Christ sur la phrase : » Moi et le Père nous sommes un. « Devant le fait que la même unité qui existe entre eux est promise à tous ceux qui croient. » (p.333)

WT : « Cette affirmation blasphématoire a surgi du fait que Jésus a dit. «Moi et le Père nous sommes un» (Jean 10 : 30) …ceci ne signifie pas que Jésus déclarait être le Père ou d’être Dieu… »(8*)

JG : « Après sa résurrection, Christ dit : « (…) je monte vers mon Père qui est votre Père, vers mon Dieu qui est votre Dieu ». » (Jean 20 : 17) (p.364)

WT : « Il enseignait les hommes, non pas de l’adorer, mais d’adorer son Père Jéhovah… « Je monte vers mon Père et votre Père, et mon Dieu et votre Dieu».» (9*)

JG : «Encore, rien n’est connu par le Fils du jour du jugement, cette connaissance appartient à Dieu seul : « Mais ce jour et cette heure, nul ne les connaît, ni les anges des cieux, ni le fils, personne sinon le Père, lui seul. ».» (Matthieu 24 : 36)

WT : « Il expliqua aussi que certaines choses n’étaient connues ni de lui ni des anges, mais de Dieu seul. » (Marc 13; 32) (Vous pouvez vivre éternellement sur une terre qui deviendra un paradis (1989), p.39)

 

Christ n’a pas été relevé des morts matériellement.

 

JG : Même pas dans le cas de Christ, le corps de chair n'a été relevé. (p.385)

WT : « Jésus fut le «premier à être ressuscité d’entre les morts». (Actes 26 : 23.) Autrement dit, de tous ceux qui n’auront plus à mourir de nouveau, il fut le premier à être ressuscité. Il fut aussi le premier à être ressuscité en tant qu’esprit (1 Pierre 3 : 18). » ( Vous pouvez vivre éternellement sur une terre qui deviendra un paradis (1989), p.172)

 

Les apparitions de Christ après sa résurrection étaient des matérialisations.

 

JG : «Matérialisé dans une forme humaine, Christ apparu à ceux qui avaient été le plus près de Lui dans la vie… Le fait que Christ, après sa mort sur terre, apparut à ses disciples dans une forme matérielle vous a conduit à la conclusion erronée que Son esprit avait réintégré son ancien corps physique. En réalité, Il s’est fait lui-même visible de la même manière que tous les esprits le font, précisément par la matérialisation de son corps spirituel. » (p.351, 387)

WT : « Jésus Christ (…) sa résurrection était «dans l’esprit», pour la vie au ciel. (…) Toutefois, pendant quarante jours après sa résurrection Jésus apparut à ses disciples en différentes occasions dans différents corps de «chair», tout comme les anges ont apparu aux hommes des temps anciens. » (10*)

 

Jésus était capable de pécher

 

JG : « Le fait supplémentaire [est] que Christ avait des faiblesses et des défauts humains… Par conséquent Christ, en tant que mortel, a eu à apprendre l’obéissance… Le mot «péché» est utilisé ici non pas pour désigner des manquements dus à l’imperfection humaine desquels même Christ n’était pas à l’abri, mais plutôt en référence à l’iniquité qui nous sépare de Dieu… » (p.323)

WT : « Toujours un agent moralement libre – (…) cette certitude ne relevait pas le Fils de Dieu du poids de la responsabilité, pas plus que cela éliminait son libre arbitre : d'être fidèle ou infidèle. » (11*)

 

Doctrines en rapport avec la Trinité

 

La Trinité est une invention d’hommes

 

JG : « Vous enseignez l’union de trois personnes en un seul Dieu… C’est une théorie humaine erronée et c’est une absurdité. (p.265) … Christ enseignait un Dieu unique… Il ne connaît pas le Dieu trinitaire qui est enseigné par les catholiques et d’autres dénominations chrétiennes. Seul le Père est Dieu. »(p.364)

WT : « La raison pour laquelle la Bible n’enseigne pas clairement la doctrine de la Trinité est simple : ce n’est pas un enseignement de la Bible. Dieu aurait été d’une Trinité, il l’aurait sûrement fait en savoir clairement de telle manière que Jésus et ses disciples auraient pu l’enseigner aux autres. Et cette information vitale aurait été incluse dans la Parole inspirée de Dieu. Cela n’aurait pas été laissé à des hommes imparfaits d’en débattre des siècles plus tard.»(12*)

 

Doctrines sur l’enfer

 

JG : « Une doctrine à laquelle vous vous accrochez avec une étonnante ténacité… est celle de ‘l’enfer éternel’. …Ceci est une complète erreur, une idée d’hommes… il n’y a pas de preuve dans la Bible pour supporter votre doctrine fausse et inhumaine d’un enfer éternel.» (p. 377, 379)

WT : « (…) Le Dieu Tout-Puissant a-t-il créé un tel lieu de supplices? (…) Si l’idée de brûler des humains dans le feu n’était jamais venue au cœur de Dieu, est-il raisonnable de penser qu’il créa un enfer brûlant pour ceux qui ne le servent pas? » (Vous pouvez vivre éternellement sur une terre qui deviendra un paradis (1989), p. 81)

Questions pour les témoins de Jéhovah préoccupés

Pourquoi une organisation, qui croit les avertissements bibliques en rapport avec les médiums, les séances spirites et le spiritisme, utilise-t-elle une traduction écrite par un spirite pour appuyer sa propre traduction de la Bible?

Est-ce que des doctrines mises de l’avant par des démons peuvent être vraies?

Pourquoi les démons auraient-ils essayé de convaincre Greber que ses croyances étaient incorrectes, et de le convertir à des doctrines contenant des lumières et vérités de Jéhovah, quand les croyances de Greber étaient, au départ, celles de la «chrétienté apostate» selon la Watchtower ? Autrement dit pourquoi les démons auraient-ils voulu amené Greber à la connaissance exacte de la parole de Dieu ?

Devriez-vous vous associer avec une organisation dont les enseignements concordent avec ceux enseignés par des démons?

 

NOTES

 

1 The New Testament. A New Translation and Explanation,  J. Greber.

2 Cfr. Aid to Bible Understanding, 1971, pag. 1669.

3 Ibid., pag. 1134.

4 Cfr. Watchtower , del 02.15.1956, pag. 111.

5 Cfr. Watchtower, del 01.07.1983, pag. 31.

6 Cfr. Insight on the Scriptures, pag. 348.

7 Ibid., pag. 969.

8 Cfr. Reasoning from the Scriptures  pag. 141.

9 Cfr. Insight on the Scriptures, vol. 2, pag. 52.

10 Cfr. You Can Live Forever in Paradise on Earth , 1989, pag. 58.

11 Ibid., pag. 39.

12 Cfr. Insight on the Scriptures, vol. 2, pag. 52.

13 Ibid., pag. 54.

14 Cfr. Make Sure of All Things, pag. 283.

15 Cfr. You Can Live Forever in Paradise on Earth, pag. 39.

16 Ibid., pag. 172.

17 Cfr. Insight on the Scriptures, vol. 2, pag. 786.

18 Ibid., pag. 68.

19 Cfr. Watchtower, del 11.01.1991, pag. 23.

20 Cfr. You Can Live Forever in Paradise on Earth, pag. 81.

 

 

(Autre article sur Johannes Greber)

 

Durant les années soixante et soixante-dix, la Société Watchtower a occasionnellement utilisé la traduction du Nouveau Testament de Johannes Greber pour appuyer ses traductions similaires de Jean 1 :1 et de Matthieu 27 : 52, 53. En 1983, ils ont officiellement arrêté d’utiliser sa traduction "parce qu’il ne convient pas d’utiliser une version si étroitement liée au spiritisme". L’information que Greber était un spirite était déjà disponible pour les rédacteurs de la Société. En 1955 et 1956, les rédacteurs de la Société eux-mêmes écrivaient à propos des activités spirites de Greber. Leur utilisation de la traduction de Greber pour soutenir la Traduction du monde nouveau et leurs explications à ce sujet est une preuve de leur érudition superficielle.

 

Johannes Greber était un prêtre catholique devenu spirite qui a traduit le Nouveau Testament "avec l’aide des esprits de Dieu". Ses expériences avec les esprits et leurs communications avec lui sont racontées dans son livre : "Communication With the Spirit World" publié en 1932.

 

Dans la traduction de Greber on peut lire Jean 1 :1 et Matthieu 27 : 52, 53 exactement comme dans la Traduction du monde nouveau. La Société la cite et s’y réfère en guise de soutien de leurs interprétations controversées de ces versets dans des écrits qu’ils ont publiés de 1961 à 1976.

 

La Société cite Greber

 

La traduction contestée de la Société de Jean 1 :1 est "la Parole était un dieu", dans la troisième partie de ce verset. Puisque cette traduction est habituellement considérée comme étant "tendancieuse" ou même inacceptable par des érudits reconnus, la Société a cherché un soutien pour son interprétation au sein de sources moins connues, et dans quelques cas, obscures. Ils ont, par exemple, cité Johannes Greber et la traduction de John S Thompson qui rend ce texte de la même façon. Ces deux individus ont apparemment reçu cette traduction des esprits. [1]

 

La Société cite la traduction de Jean 1 : 1 de Greber comme s’il était un éminent érudit de la langue grecque ou une autorité dans ses publications tel que : The Word—Who Is He According to John, 1962, p. 5; The Watchtower, Sept. 15, 1962, p. 554; Make Sure of all Things, 1965, p. 489; Aid to Bible Understanding, 1971, p. 1669.

 

La traduction du Nouveau Testament de Greber a aussi été utilisée par la Société pour supporter son inhabituelle traduction de Matthieu 27 : 52, 53. Ces versets décrivent une apparente résurrection au moment de la mort de Jésus. La plupart des traductions rendent ces versets de la façon suivante :

 

" Les tombeaux s’ouvrirent, les corps de nombreux saints défunts ressuscitèrent : sortis des tombeaux, après sa résurrection, ils entrèrent dans la ville sainte et apparurent à un grand nombre de gens. " TOB

 

Ignace, Père de l’Église, référait apparemment à une résurrection de quelques-unes des "saintes personnes" de l’Ancien Testament au moment de la mort et de la résurrection de Jésus qui ont été vus à Jérusalem. [2] Cependant, seul l’évangile de Matthieu mentionne un tel événement dans la Bible et la grammaire de ce texte grec est quelque peu ambiguë. Autant la traduction de ces versets par la Société, que celle de Greber, déclarent que plutôt qu’une résurrection (les deux ne croient pas en une résurrection corporelle) c’était simplement une projection de corps décédés hors de leurs sépultures résultant d’un tremblement de terre qui s’est produit au moment de la mort de Jésus et ces corps décédés ont été par la suite vus par des gens qui passait là en chemin vers Jérusalem.

 

Ils ont cités la traduction de ces versets de Greber pour soutenir leur traduction similaire dans The Watchtower, Jan. 1, 1961, p. 30; Aid to Bible Understanding. 1971, p. 1134; The Watchtower, Oct. 15, 1975, p. 640; The Watchtower, April 15, 1976, p. 231.

 

Greber, un spirite

 

Cependant, la Société, en 1955 et 1956 a écrit des articles qui utilisaient la traduction et un livre de Greber comme des exemples de spiritisme. Ce qui suit a été publié dans la brochure : What do the Scriptures Say About ‘Survival After Death?’ Où ils disent :

 

" Ce n’est pas une surprise que ce Johannes Greber, un ex-prêtre catholique, soit devenu un spirite et qu’il ait publié un livre s’intitulant ‘Communication With the Spirit World, Its Laws and Its Purposes’. (1932, Macoy Publishing Company, New York) Dans son avant-propos il fait une mauvaise déclaration typique: " Le livre le plus significativement spiritualiste est la Bible… " [3]

 

De même, dans le numéro du Watchtower Feb. 15, 1956, la Société a fait ces fameuses déclarations :

 

" Comme le dit Johannes Greber dans l’introduction de sa traduction du Nouveau Testament, publié en 1937 : " J’étais moi-même un prêtre catholique, et (…) jamais je n’avais cru dans la possibilité de communiquer avec le monde des esprits de Dieu. Le jour vint, toutefois, quand j’ai involontairement fait mes premiers pas vers une telle forme de communication, (…). Mes expériences sont racontées dans un livre qui a paru en allemand et en anglais et qui porte le titre de : ‘Communication With the Sprit-World : Its Laws and Its Purposes.’ " (…) Greber s’efforce de faire de la lecture de son Nouveau Testament, une lecture très spiritualiste (…) ex-prêtre, Greber croit (que les esprits) l’aidait dans son travail de traduction. " [4]

 

À partir de ces citations il est évident que l’information mentionnant que Greber était un spirite et qu’il avait ‘traduit’ le Nouveau Testament avec l’aide des esprits était déjà disponible pour les rédacteurs de la Société et était connu par au moins un des rédacteurs de la Société en 1955 et 1956. Ceci est seulement cinq ans avant qu’ils commencent à citer Greber favorablement.

 

Lettre à la Greber Foundation

 

La Johannes Greber Memorial Foundation a réédité le Greber’s New Testament translation and Communication Book en 1980. [5] Apparemment au courant des citations favorables de la Société de sa traduction, ils ont envoyés une copie de la réédition de 1980 tout autant qu’une copie du livre Greber’s Communication With the Spirit World of God au siège social de la Société à Brooklyn, N. Y.. En réponse, la personne occupant le bureau ‘EG : ESF’ au département de la correspondance de la Société à répondu avec une lettre de remerciement datée du 20 décembre 1980. Cette lettre se lit ainsi :

 

JOHANNES GREBER MEMORIAL FOUNDATION

 

139 Hillside Ave.

 

Teaneck, NJ 07666

 

Messieurs:

 

Ceci est pour accuser réception des deux livres que vous nous avez envoyé récemment, "The New Testament’ traduit par Johannes Greber, et son livre ‘Communication With the Spirit World of God"..

 

Nous apprécions que vous nous ayez envoyé ces volumes. Pendant quelques années nous avons été au fait de l’existence de la traduction de Johannes Greber et nous l'avons même occasionnellement citée. Des exemplaires de la traduction, cependant, ont été difficiles à trouver. Puisque nous avons quatre bibliothèques… nous nous demandons s’il était possible d’obtenir quelques copies additionnelles du "The New Testament". [6]

 

Ici le rédacteur au siège social fait une demande pour avoir plus d’exemplaires de la traduction mais pas du "Communication book". "EG" sait qu’ils en ont tiré des citations ‘occasionnellement’ et qu’ils sont ‘au fait’ de son existence.

 

La Société répond aux questions

 

Avant et après que la lettre ci-dessus de la Société eut été envoyée à la Greber Foundation, de nombreux individus ont écrit à la Société à propos de cette traduction. Par exemple, Keith Morse du Personal Freedom Outreach (PFO) écrivit à la Société un an après que la lettre ci-dessus eut été envoyée à la Greber Foundation. Il demanda des informations à propos de cette traduction et reçu la réponse suivante de la Société :

 

" Faisant référence à votre demande de renseignements à propos de l’ouvrage ‘The New Testament’, de Johannes Greber, nous devons vous informer que nous ne publions pas ou que nous n’avons pas ce livre en stock. Conformément à vos commentaires, à notre bibliothèque, la page titre de notre copie de ce livre, à côté de la date 1937, nous donne comme éditeur John Felsburg, Inc., 88 N. Fourth Ave., New York, NY. Ceci est vraiment la seule information que nous avons, … " [7]

 

Ici, un an après avoir reçu un exemplaire de l’édition de 1980 de la traduction du ‘New Testament’ et d’avoir demander des exemplaires additionnels pour leurs bibliothèques, le rédacteur de la Watchtower, bureau ‘EW :ESG’, dit que la seule information qu’ils ont est l’adresse de John Felsburg l’éditeur de l’édition de 1937. Qu’est-il arrivé aux autres copies? Les ont-elles envoyés au rebut à cause de leur origine spirite ou étaient-elles dans différentes bibliothèques et le rédacteur n’a pas vérifié? D’autres qui ont écrit à propos du ‘New Testament’ de Greber et d’une adresse où en obtenir une copie ont reçu la même réponse. [8]

Ceci a encouragé M. Kurt Goedelman du PFO à écrire à la Société à cet effet. Dans sa lettre datée du 27 septembre 1982, il a donné à la Société quelques références provenant de leur littérature portant sur Greber cité comme référence d’expert pour leur traduction et alors il leur dit :

 

" La raison pour laquelle je vous écrit cette lettre est pour recevoir une réponse à savoir pourquoi vous utilisez les travaux de Greber comme support pour votre apologétique? Cela peut vous sembler être une question bizarre, toutefois lorsque nous vérifions dans les sources des travaux de M. Greber, nous découvrons qu’il est un médium spirite. Le fait qu’il soit un médium n’est pas caché à la connaissance publique, mais plutôt que ceci est au cœur même du message de Greber. "

 

" J’ai joint une photocopie d’un prospectus fourni par la Johannes Greber Memorial Foundation qui explique brièvement sa médiumnité. Ce prospectus donne aussi un aperçu sur la façon dont Greber a prétendument fait sa traduction du ‘New Testament’. J’ai marqué ce prospectus comme étant ‘illustration # 1’ pour votre commodité. "

 

" En plus du ‘Greber’s New Testament’ il a aussi écrit un livre intitulé ‘Communication With the Spirit of God’,…. Je sais que la Société Watchtower est consciente de l’existence de cette publication parce qu’elle a acheté un exemplaire de cet ouvrage de la ‘Greber Memorial Foundation’. Ceci est prouvé par la présence d’une photocopie de la lettre dela Watchtower (‘illustration 2’), qui nous a aussi été fourni par la ‘Greber Foundation’. "

 

" Par conséquent, je répète ma question à savoir pourquoi les rédacteurs de la littérature et de la correspondance de la Watchtower utilisent un double standard. C’est à dire, de nombreuses publications sortent de vos presses instruisant vos membres de ne rien avoir à faire avec des travaux spirites, ensuite, eux-mêmes cite du matériel spirite pour endosser l’apologétique des Témoins de Jéhovah…. "

 

" Aussi en terminant, j’apprécierais grandement vos commentaires concernant la photocopie ci-incluse de la lettre de la Watchtower à M. Keith Morse (‘item 4’). La Société informait M. Morse qu’elle ne savait pas où se procurer une traduction du " New Testament’ de Greber et lui a fourni une adresse périmée. Prenez soigneusement note de la date de la lettre reçue par M. Morse (10 décembre 1981) et ensuite notez la date de la lettre envoyer à la ‘Greber Foundation’ (20 décembre 1980). Ceci prouve que la Société avait une adresse valide, mais qu’elle a donné une information bidon à la requête de M. Morse. "

 

" Je vous demande, s’il vous plaît, de ne pas ignorer ma lettre ou de la mettre au rebut avant qu’une réponse me soit envoyée. J’attendrai impatiemment une réponse dans les plus brefs délais".

 

Sincèrement,

 

M. Kurt Goedelman,

 

Directeur [9]

 

Pas besoin de dire, qu’ils ne lui ont jamais envoyé la réponse. Des groupes anti-sectes comme la PFO publient de la documentation sur l’utilisation par la Société des ouvrages de Greber et ce qu’ils croient être de l’information ‘bidon’ et de l’opération de camouflage sur leurs connaissances de Greber. Cette information s’est rendue jusqu’aux Témoins de Jéhovah eux-mêmes. Par exemple, le 21 décembre 1982, Marylin Zweiful a écrit une lettre à la Société, après qu’un de ses amis se serait fait poser la question à propos de la situation de Greber par son gendre qui avait écouté un message enregistré (‘Un message pour les TJ’) qui parlait de ce sujet. Ce message parlait de l’utilisation des travaux de Greber par la Société, son spiritisme tel qu’expliqué par la Société elle-même dans un article dela Watchtower en 1956 et leurs récentes correspondances avec la "Greber Foundation". Elle déclarait qu’elle ne savait pas comment expliquer cette information contradictoire à ses amis ‘confus’ et demandait de l’aide de la Société. En réponse, la Société écrivit une lettre datée du 15 mars 1983 (bureau ER :ESZ). Cette lettre est pour moi révélatrice. Dans celle-ci ils déclarent :

 

" Sans aucun doute vous avez eu l’occasion de lire les commentaires dans notre lettre datée du 31 décembre 1982, au frère Jack Gottfried, secrétaire de votre congrégation. Dans notre lettre nous abordons la question de la pertinence pour la Société de citer la traduction de Johannes Greber comme d’un exemple d’une autre traduction qui s’accorde avec la Traduction du monde nouveau. Il y était déclaré qu’il n’était pas de notre affaire d’aller dans les antécédents ou dans les convictions religieuses de chaque traducteur. Qui peut vraiment dire si M. Greber était sous l’influence des démons lorsqu’il a traduit un verset particulier ou une partie de sa traduction? S’il était sous l’influence des démons lorsqu’il a traduit Jean 1 : 1, dans ce cas, il n’est pas au-dessus de la capacité du Diable ou des démons de dire la vérité à l’occasion, si en faisant ainsi ceci fait avancer leurs buts malveillants en quelque façon, tel que de donner aux opposants quelque excuse pour déclarer que la traduction publiée par les Témoins de Jéhovah ne doit pas être correcte parce qu’il s’avère qu’ils traduisent Jean 1 : 1 d’une façon similaire comme le fait la traduction en question… "

 

" Vous mentionnez aussi dans votre lettre un enregistrement sonore qui mentionne une lettre de ‘remerciement’ à la "Greber Foundation" de la Société… Ayant cette traduction de la Bible dans notre bibliothèque n’indique aucunement que nous sommes d’accord avec tout ce qui s’y trouve. Nous avons un grand nombre de livres écrits par un vaste éventail d’auteurs de différentes religions. Nous les gardons simplement comme référence. "

 

Je ne veux pas analyser cette réponse jusqu’à la fin des temps, mais elle est intéressante pour moi pour plusieurs raisons. Ils disent que ce n’était pas leur "affaire" d’aller dans les antécédents des traducteurs qu’ils citent en guise de soutien à leur traduction. Ceci est simplement d’une méprisable érudition. Aussi, en disant que ce n’est pas au-dessus de la capacité du Diable et des démons de dire la vérité â propos de comment est traduit Jean 1 : 1, si cela va plus tard aider leur cause "tel que de donner aux opposants quelque excuse" pour déclarer que la traduction des Témoins de Jéhovah doit être incorrecte ou suspecte est incroyablement paranoïaque et empreint de myopie.

 

Pensez-y. La traduction de Greber a été imprimée en 1937, treize ans avant que la Société publie sa traduction du Nouveau Testament en 1950. Les démons et Greber ont traduit Jean 1 : 1 correctement, contrairement à la plupart des autres traductions, c’est à dire "la Parole était un dieu", simplement pour que les opposant à la traduction des Témoins de Jéhovah, treize ans plus tard, puissent avoir une "excuse" pour remettre en question une telle traduction! Un Témoin de Jéhovah peut argumenter que la Société croyait dans la traduction de "un dieu" des années avant la traduction de Greber, ainsi les démons ont essayé de discréditer l’interprétation des Témoins de Jéhovah en donnant la traduction "correcte" à un spirite comme Greber! C’est simplement de la myopie poussée à l’extrême. Qu’en est-il de la traduction semblable de John S. Thompson de 1829 quand il était sous l’influence des esprits? Ceci était bien longtemps avant l’existence des Témoins de Jéhovah. Est-ce que les démons ont influencé Thompson à traduire ce texte ainsi "logos était un dieu" juste pour que les opposants des Témoins de Jéhovah puissent remettre en question la traduction de la Société plus d’un siècle plus tard ?

 

Questions des lecteurs

 

Comme résultat aux nombreuses lettres reçues, la Société a formellement cessé l’utilisation du "Greber’s New Testament" en 1983. Dans la Tour de Garde du premier juillet 1983, ils publièrent ce qui suit :

 

" Pourquoi ces dernières années, "La Tour de Garde" n’a-t-elle pas utilisée la traduction de Johannes Greber, un ancien prêtre catholique ? "

 

" Cette version a parfois été utilisée pour appuyer la façon dont les textes de Matthieu 27 : 52, 53 et Jean 1 : 1 sont rendus dans la Traduction du monde nouveau et dans d’autres versions faisant autorité. Toutefois, comme l’indique la préface de l’édition de 1980 du Nouveau Testament de Johannes Greber, ce traducteur comptait sur le ‘monde des esprits de Dieu’ pour l’éclairer sur la façon dont il devait traduire certains textes difficiles. Nous lisons en effet : " Sa femme, médium du monde des esprits de Dieu, servit souvent d’instrument pour transmettre au pasteur Greber les réponses exactes provenant des messagers de Dieu. " La Tour de Garde estime donc qu’il ne convient pas d’utiliser une version si étroitement liée au spiritisme (Deutéronome 18 : 10-12) . La traduction des textes cités plus haut telle qu’elle apparaît dans la Traduction du monde nouveau repose sur une base solide et ne dépend pas de la version de Greber pour être valable. Nous ne perdons donc rien en cessant d’utiliser le Nouveau Testament de Greber. " [10]

 

Cette déclaration "officielle" par la Société soulève de nombreuses difficultés.

 

Premièrement, en disant " comme l’indique la préface de l’édition de 1980 " de son Nouveau Testament, il a compté sur les esprits dans le processus de traduction, ils laissent entendre que l’édition de 1937 qu’ils avaient et utilisaient auparavant ne contenait pas cette information ou qu’ils n’étaient pas au courant. C’est plus loin, par la déclaration postérieure qu’ils ont " [estimé (donc)] qu’il ne convient pas d’utiliser une version si étroitement liée au spiritisme ". S’ils savaient dans les années soixante et soixante-dix qu’il était spirite, alors ils ne l’aurait pas employé à ce moment-là. Cela semble être conséquent.

 

Cependant l’introduction de l’édition de 1937 dit la même chose que celle de 1980. Cela peut être démontré par la citation de la Société que nous avons vue plus haut dans le numéro de la Watchtower en 1956. Ils ont cité l’introduction aussi bien que le livre ‘Communication With the Spirit World’ pour montrer qu’il était un spirite. La Société paraissait dire dans cet article de 1983 qu’elle venait juste de découvrir que Greber était un spirite en se basant sur la préface de l’édition de 1980. Ceci a été directement déclaré par la filiale australienne de la Watchtower. John Pye a écrit une lettre à la filiale australienne peu de temps après que cette rubrique ‘Questions des lecteurs’ ait été publiée. Écrivant sous le nom de John Richards par souci d’anonymat, il leur demandât dans une lettre datée du 3 juin 1983, quand avaient-ils découvert la pratique du spiritisme de Greber. Ils répondirent dans une lettre datée du 14 juin 1983. Le rédacteur était le bureau ‘SA :SP’ qui disait :

 

" Nous répondons à votre lettre du 3 juin 1983, dans laquelle vous vous renseignez à savoir à quel moment, pour la première fois, la Watchtower a découvert que Johannes Greber comptait sur le monde des esprits pour l’éclairer à savoir comment traduire des passages difficiles. Aussitôt que nous avons découvert qu’il avait des contacts avec le spiritisme, nous avons cessé d’utiliser sa traduction comme faisant autorité et nous l’avons fait connaître ouvertement dans le numéro de la ‘La Tour de Garde’ du premier avril 1983 (éd. angl.). Certains peuvent souhaiter nous imputer de mauvais motifs en ce qui concerne notre utilisation originale de cette traduction mais, s’il vous plaît, soyez assurer que nous adoptons une approche honnête dans notre étude de la Parole de Dieu. Les Témoins de Jéhovah ont toujours été opposés à n’importe quelle forme de spiritisme…. "

 

" La traduction de Jean 1 : 1 dans la Traduction du monde nouveau est en aucune manière dépendante le la traduction de Johannes Greber. Elle est basée sur une bonne érudition et un désir sincère de rendre le texte en accord avec le grec original utilisé par le rédacteur. Si des individus ou d’autres organisations souhaitent analyser nos motifs et présenter ceux-ci d’une manière critique et négative, nous leur en laissons le soin. Nous nous tenons devant notre Dieu avec une conscience nette tout comme nous promouvons le vrai culte… "

 

Ici le correspondant de la filiale, se servant de La Tour de Garde du premier avril 1983 (éd. angl.) déclare qu’aussitôt qu’ils ont découvert ses activités spirites, ils ont arrêté d’utiliser sa traduction. Cela n’est pas vrai. Ils savaient qu’il était un spirite en 1955 et 1956! Par ‘ils’ et ‘la Société’, je veux dire les rédacteurs de la Société Watchtower. Est-ce possible qu’ils aient tout oublié â propos du spiritisme de Greber? L’ (Les) auteur (s) des textes de 1955 et de 1956 est-il décédé ou a-t-il oublié cinq ans après que Greber était spirite? Cela pourrait être possible. J’ai demandé à Ray Franz, un des artisans de l’encyclopédie de la Société, le ‘Aid to Bible Understanding’, qui cite Greber deux fois, s’il était responsable pour l’une ou l’autre de ces deux références et s’il savait qui était Greber. Il répondit :

 

" Pour ce qui est du matériel utilisé pour le projet ‘Aid’, tous les articles ont toujours été lus par moi, si cela était considéré nécessaire, corrigé par au moins une autre personne faisant partie du projet. Alors je suis certain d’avoir au moins réviser les écrits des deux articles que vous mentionnez. Et je suis tout aussi certain qu’en faisant ainsi, la réalité ou la pensée que Greber était associé au spiritisme ne m’a jamais effleuré l’esprit. Je faisais du travail de surveillant zone et de circonscription à ce moment là dans les Caraïbes entre le premier octobre 1955 et le 15 février 1956, lorsque les articles sont parus avec les informations sur Greber. Comme de raison je les ai lus, mais dans les années qui suivirent entre ce moment là et le début du projet ‘Aid’ en 1966, j’ai aussi lu des milliers d’articles dans les 240 autres Tour de Garde et les 240 Réveillez-vous durant ces dix ans, plus de nombreuses autres publications. Je ne pourrais pas me rappeler son nom pas plus que je pourrais me rappeler le nom du docteur Rumble ou Jean Brierre, mentionnés sur la même page que lui dans le périodique de 1955, ou Bishop Samuel Fallows, mentionné à la même page que lui dans la parution de 1956. Me serais-je souvenu de cette brève mention de lui dans les articles de 1955 et 1956, je suis sur que ça m’aurai amené à exprimer de l’inquiétude sur l’utilisation de sa traduction. Ce n’est pas avant avoir quitter le siège mondial de Brooklyn que la question de la pertinence de citer la traduction de Greber est venue à être porté à mon attention. Ce qui est vrai pour moi est, je crois, vrai pour les autres personnes ayant travaillé sur le projet ‘Aid’… Je crois que la plupart des membres du personnel que je connais auraient eu d’honnêtes scrupules pour ce qui est de citer quoi que ce soit lié au spiritisme… [11]

 

Je crois que ces déclarations sont vraies. La plupart des gens auraient oublié des années plus tard la mention d’un individu dans un article. Cependant, cela ne répond pas à la question à savoir pourquoi les rédacteurs de la Société ont cité cette traduction en premier lieu. Cela indique pour moi la mauvaise qualité de la recherche et de l’érudition à la Watchtower.

 

L’érudition au sein de la Watchtower

 

Pourquoi l’ont-ils cité s’ils ne savaient pas qui était celui qu’il citait? Il m’a semblé en lisant des milliers de pages de leur littérature, que les rédacteurs ne font pas tellement de sérieuses recherches. Pas plus qu’ils ne présentent leur matériel d’une manière érudite ou scolastique solide. Il est difficile d’échapper à l’impression que ce qu’ils font très souvent, c’est simplement de trouver des preuves qui soutiennent les positions de la Société et les présentent sans analyser impartialement les preuves ou en présentant des points de vue en concurrence avec les leurs.

 

Cela paraît être le cas avec leurs citations de Greber et leur matériel sur Jean 1 : 1 en général. Probablement qu’un rédacteur a simplement été à la bibliothèque du Béthel et a cité un petit nombre de choses (incluant la traduction de Greber) qu’ils pouvaient utiliser et n’ont pas fait tant sinon aucunes recherches sur qui ils citaient et pourquoi ils tenaient à leur point de vue. Ceci semble être ce qui ressort dans la réponse à la lettre de Marylin Zweiful adressée à la Société. La réponse qu’elle a reçue, tel que citée plus haut, était que ce n’était pas leur habitude d’aller dans les ‘antécédents et les convictions religieuses’ des traducteurs qu’ils citaient. Étant donné ce qui précède, il est facile de voir pourquoi quelque chose comme cela est survenu. Puisque cette carence n’a apparemment pas été corrigée, il est facile de voir pourquoi cela survient encore, tel que leurs citations de la traduction de John S. Thompson.

 

Je ferai une déclaration encore plus dure à l’égard du matériel de la Société Watchtower. Je ne peux me souvenir de quoi que ce soit qu’ils ont produit qui témoigne d’une érudition ou de recherches sérieuses, solides de leur part. Ceci est vrai sur tous les sujets, pas seulement sur les questions de traduction de Jean 1 : 1. Quelques Témoins et ex-Témoins de Jéhovah ont essayé de défendre la Société sur quelques-uns de ces points, mais sans succès selon mon point de vue. [12]

 

Comme dans une lettre m’étant adresser, Jerry Bergman déclare ce qui suit :

 

" (…) Les archives historiques de la Watchtower fournissent apparemment une inépuisable source d’idées et de concepts abracadabrants, d’articles superficiellement écrits, et d’une acceptation naïve d’idées en vogue. On pourrait penser qu’une personne qui était bibliquement guidée serait restée plus près d’une riche érudition qui aurait été disponible à ce moment là. Le plus gros du problème de la Société est que ses recherches sont incroyablement superficielles, et le fait que l’attitude du ‘Dieu nous dirigent’ tend à causer un certain laxisme – pourquoi travailler fort si Dieu dirige nos pas, parce que Dieu s’assurera que seulement ce qui est vrai sera publié… [13]

 

Notes et références.

 

Voir les articles, " The American Quarterly Review and John S. Thompson" et "Johannes Greber" dans ce numéro.

 

Ignace, Magnésiens chap. 9; Trallions chap. 9.

 

Qu’est-ce que les Écritures disent à propos de ‘Survival After Death?", 1955, p.88. Ces informations sont répétées dans ‘The Watchtower’ premier octobre 1955, p. 603, chap. 33.

 

‘ The Watchtower’ 15 février 1956, pages 110 et 111.

 

Le ‘Communication Book’ a été renommé ‘Communication With the Spirit World of God’ lors de la réédition de 1980.

 

Pour une photocopie de cette lettre voyez: Cetnar, William, ‘Questions For Jehovah’s Witnesses’, p. 1953; Magnani, Duane et Barrett, Arthur, ‘Dialogue With Jehovah’s Witnesses’, Vol. 1 (Clayton, CA.: Witness, Inc.), 1983, p. 62.

 

Lettre de la Société Watchtower à Keith Morse, 10 décembre 1981. Pour une photocopie de cette lettre, voyez : ‘Dialogue’, Vol. 1, p. 61; ‘Questions’, p. 53.

 

Voir: Waters, Randall, "Thus Saith the Governing Body of Jehovah’s Winesses, 1982, 1987, pages 56-59.

 

Lettre de Kurt Goedelman à la Société Watchtower, 27 septembre 1982, pages 1 et 2.

 

La Tour de Garde, premier juillet 1983, p. 31.

 

Lettre de Raymond Franz à l’auteur, 8 mars 1993. Ray dans sa lettre précise aussi [page 2] : " Cela ne signifie pas que le traitement des renseignements par les services de la Watchtower est couramment simple, parce que, manifestement, souvent ce ne l’est pas. La lettre de 1983 et aussi la rubrique ‘Questions des lecteurs’ (…) démontre clairement un degré de falsification. Les enquêtes envoyées exposent simplement les faits que le rédacteur de la réponse ne dépendrait pas d’une mémoire photographique pour voir le rapport entre différents éléments. "

 

Herle, Nelson, " The Trinity Doctrine Examined in the Light of History and the Bible ", 1983; Penton, M. James, "Apocalypse Delayed", 1985, pages 174-5. Penton dit aussi aux pages 196 et 197 que les écrits de la Société sur l’évolution tel que ‘L’homme est-il le produit de l’évolution ou de la création?’ de 1969 " sont parmi le meilleur publié par la Société Watchtower " parce qu’ils dépendent sur de Témoins de Jéhovah qui avaient des ‘connaissances scientifiques et techniques’. De telles publications sont des exemples de l’érudition superficielle de la Watchtower. Le livre ‘Évolution’ est un recueil de déformations, de citations hors contexte et d’autres mauvaises utilisations typique de sources d’information par la Société.

 

Un extrait de cette lettre a été publié dans le Vol. 1, no. 4 de ‘JW Research’, sous le titre " Angels and Women ", p. 28.

 

 
                                             Page précédente
PÉDOPHILIE: poursuite contre la Watchtower au Canada. Contacts:

Québec : https://www.classactions.ca/?p=17

Canada : http://www.higgertylaw.ca/

 

Origines
Changements doctrinaux
La fausse prophétie de 1914 : 607 ou 587?
Débat : évolution ou création
Watchtower et O.N.U. : association de 10 ans !
Violations des droits de la personne
Pédophilie
Refus des transfusions sanguines
Nouvelles
Divers
L'athéisme d'État